Historique de l'association

Créée en 1988, en s’inspirant de l’expérience des « Jardins de Cocagne » de Genève, l’association est le fruit de l’initiative d’habitants de l’agglomération lyonnaise souhaitant produire eux-mêmes leurs légumes biologiques, pour leur propre consommation. Comme le précisent ses statuts,

"Cette association a pour but de cultiver collectivement un jardin selon des méthodes agrobiologiques et de répartir la production entre ses adhérents, ainsi que de favoriser le développement de toutes les activités culturelles, sociales, scientifiques, pédagogiques et économiques s'y rattachant."
(Extrait des statuts de l’association).

 

Un terrain, deux salariés

L’association prend alors en location un terrain d’un hectare à Tassin-la-Demi-Lune (Rhône), en bordure du Ponterle (bassin versant de l’Yzeron, affluent du Rhône), bordé d’un bois, et mitoyen de zones résidentielles. Elle embauche aussi un jardinier professionnel qui sera aidé chaque dimanche par les adhérents.

Très rapidement, les adhérents font aussi le choix d’embaucher une animatrice pour réaliser des interventions pédagogiques autour du jardinage et de l’environnement. Les animations s’adressent aux enfants des adhérents (« le club des jardiniers ») mais également aux enfants en milieu scolaire, centres sociaux, comités éducatifs locaux. Le but est de former et sensibiliser des publics variés à la pratique du jardinage et à une alimentation saine. Cette activité s’est fortement développée au fil des années, répondant à une demande de la société, et grâce au dynamisme des animatrices et animateurs.

 

25 ans d'expérience

Au fil du temps, l’association s’est équipée d’un tracteur et de deux serres tunnels, un puits a été creusé, une pompe et un réseau complet d’irrigation ont été installés, deux cabanons en bois ont été construits pour entreposer le matériel et fournir un abri lors de la répartition des légumes dans les paniers ou pendant les pauses, des panneaux photovoltaïques ont été posés pour alimenter la pompe,…

Son fonctionnement est progressivement arrivé à maturité, avec une organisation rigoureuse mais aussi un esprit de convivialité et de partage.

 

Du bio et du collectif

Nous cultivons en bio la même terre qu’il y a 25 ans. Cet emplacement est encore aujourd’hui idéal pour un jardin collectif maraîcher par la richesse de son milieu naturel et son insertion dans l’agglomération lyonnaise.

Depuis sa création, 6 jardiniers-jardinières se sont succédés, ainsi que 6 animateurs-animatrices. Les adhérents aussi ont changé, même s’il reste encore un noyau qui est là depuis la fondation du jardin. Après avoir navigué pendant longtemps autour de 100 familles, le nombre  est passé à 110 en 2008. Pour garantir à chacun un panier « bien rempli » et garder à l’association son caractère convivial, il a alors été décidé de ne pas dépasser ce nombre. Une liste d’attente permet aux futurs candidats d’intégrer l’association en fonction des départs d’adhérents.

Par ailleurs, les membres du jardin qui ne veulent ou ne peuvent plus participer régulièrement au travail du jardin peuvent devenir simples adhérents et paient une cotisation très réduite. Le jardin est ouvert à tous, chacun peut venir quand bon lui semble pour pique-niquer ou flâner un peu.

 

Une initiative reconnue d'intérêt général

L’association a été reconnue d’intérêt général en 1995. Témoignant ainsi des bénéfices que l’on peut tirer tant sur le plan social qu’environnemental, de jardins situés près des agglomérations urbaines et ouverts à tout public.

"Dans un esprit de convivialité et de partage, la présente association s'inscrit dans un courant de résistance à la banalisation et à l'industrialisation de la nourriture. Elle souhaite contribuer à éveiller les consciences à l'impérieuse nécessité de préserver, régénérer et transmettre les patrimoines nourriciers. En concrétisant une œuvre collective et constructive, elle souhaite aider ses adhérents à être acteurs de leurs vies."
(Extrait des statuts de l’association).